Voyager seule quand on est une femme

On 30 juillet 2014 by From elephants to kangaroos

« You’re alone? Just one? ». Et bien oui, juste moi :)

Beaucoup de femmes ont des appréhensions avant de partir voyager seule. On entend beaucoup d’histoires malheureuses sur des femmes qui se font agresser ou violer à l’autre bout du monde, on se pose alors beaucoup de questions sur notre sécurité. Est-ce complètement insensé de vouloir découvrir le monde, seule? Moi la première, avant de partir, je me suis posée beaucoup de questions sur le fait de partir sans personne à mes côtés. Pas seulement pour la sécurité d’ailleurs mais aussi parce que voyager seule implique que vous devez vous débrouiller seule tous les jours, faire face aux difficultés, à la fatigue, aux coups de blues.

Voyager seule ne signifie pas être seule
IMG_4173On ne réalise jamais combien les rencontres sont nombreuses au long de notre voyage avant de réellement partir. Dans un transport, à l’auberge de jeunesse, au cours d’un trek, dans un bar ou un restaurant, dans la rue, en visitant un monument, chaque chose que vous faîtes est prétexte à une rencontre. Un simple « est-ce que tu pourrais prendre une photo de moi? » peut vous amener à partager 3 jours magiques avec une personne en voyage (histoire vécue). Vous aurez parfois envie de partager une expérience avec quelqu’un ou tout simplement vous rencontrerez une personne avec qui vous vous sentez bien et déciderez de faire un bout de chemin ensemble. Cela aura aussi l’avantage de vous rassurer si vous ne vous sentiez pas en sécurité dans certains endroits, ou vous pourrez également partager une chambre ou les frais d’un taxi, ce qui peut vous faire économiser de l’argent au-delà du partage d’expérience. A moins de vouloir être seule, il ne se passera pas une journée où vous le serez. Et la solitude peut aussi parfois être bon pour vous recentrer sur vous, méditer, tirer les leçons d’une expérience, vivre votre aventure différemment.

Partir seule si vous en avez l’envie
IMG_2602De ce que j’ai pu observer sur la route, de par des discussions et ma propre expérience, je pense qu’il est préférable de partir seule si vous en avez l’envie, que vous soyez un homme ou une femme d’ailleurs. Il ne faudrait pas se dire que vous partez de votre côté juste parce que vous n’avez pas trouvé quelqu’un pour vous accompagner, alors que vous auriez aimé partir à 2. Cela doit vraiment être une décision de votre part à mon sens au risque d’avoir des regrets lors de votre voyage et de vous sentir justement très seule. Si vous concevez un tel voyage à 2, je pense qu’il est alors mieux de le faire à 2, quitte à attendre un peu plus longtemps pour partir afin de trouver quelqu’un qui aura envie de partager cette expérience avec vous.
J’ai rencontré 2 voyageuses, à 2 moments de mon voyage, qui vivaient très mal leur expérience et qui ne profitaient pas de leur voyage ni des rencontres qu’elles faisaient et c’est après avoir beaucoup discuté avec l’une et l’autre que j’ai compris qu’en fait, chacune d’elles avait prévu de voyager avec une amie/son copain et finalement cela ne s’était pas fait. Elles avaient néanmoins décidé de partir parce que c’était « prévu » mais elles n’avaient pas planifié ce voyage en solo, elles avaient beaucoup de craintes. L’une d’elles m’a raconté qu’après 2 mois et demi de voyage entre le Cambodge, le Laos et la Thaïlande, elle n’avait jamais rencontré de locaux avec qui parler et qu’elle avait rencontré des voyageurs en chemin oui, mais personne avec qui elle avait vraiment sympathisé. Peut-être que son mal-être de voyage ne venait pas de là mais pour avoir vraiment essayé de l’aider dans ce moment, je crois que le fait d’avoir tout pensé à 2 et finalement de s’être retrouvée là seule ne lui plaisait pas et l’empêchait donc de profiter de ce qu’elle avait autour d’elle.

N’ayez pas peur
IMG_8349On le sait avec tout ce qu’on entend en permanence, une femme seule doit être encore plus attentive en voyage qu’un homme. Il est bon de respecter quelques règles simples (non, on ne monte pas dans la voiture d’un inconnu qui vous le propose sur le côté de la route), être pleine de confiance tout du moins en apparence, et se fier à son instinct. Si vous avez peur, cela risquera de se ressentir dans vos actions, dans vos échanges, dans vos déplacements, ce qui se remarquera et vous exposera ainsi à plus de soucis.

Suivez votre instinct
Vous ne vous sentez pas en sécurité dans ce quartier? Quittez-le. Vous n’aimez pas la guesthouse que vous aviez réservé sur Internet en avance? Trouvez-en une autre. Vous ne faîtes pas confiance à ce chauffeur de taxi? Ne montez pas dedans. Peut-être que vos doutes ne sont pas fondés mais il est important de suivre ce que votre instinct vous dicte. Ne serait-ce que pour vous permettre de dormir tranquillement sur vos 2 oreilles. N’hésitez pas à demander en amont aux voyageurs que vous rencontrez, aux propriétaires de la guesthouse ou aux locaux qui vous portent un regard attentif s’ils ont des conseils, ils sauront vous dire s’il y a des endroits à éviter selon l’heure de la journée ou s’ils ont des choses à vous recommander.
J’ai peut-être eu de la chance jusqu’à aujourd’hui mais il ne m’est rien arrivé. Aucun vol, aucun harcèlement, aucune personne dans la rue qui essaye de profiter de moi. Je reste toujours sur mes gardes, je n’accorde pas facilement ma confiance. C’est d’ailleurs mon instinct qui m’a dicté avant de partir d’aller plutôt en Asie qu’en Amérique du Sud car étant une voyageuse solo, je me sentais plus en confiance à traverser l’Asie. Cela ne veut pas dire que je n’irai pas découvrir l’Amérique du Sud seule un jour, mais juste que je préférais faire mes armes dans un coin plus tranquille à mon sens comme 1er voyage.

S’informer, regarder, observer – Conseils utiles
IMG_4140Avant de vous rendre dans un pays, il est toujours bon de se renseigner sur les us et coutumes. Vous pouvez observer à votre arrivée la manière dont les locaux se comportent, dont ils sont habillés pour voir comment réagir à votre tour. Il est important de comprendre que ce ne sont pas les autres qui vont s’adapter à vous mais bien à vous de vous adapter au pays sans juger. Ce qui peut vous paraître normal pour vous peut s’avérer être une provocation pour certaines populations. Il serait impossible de vous donner une liste complète des comportements à suivre ou à éviter par pays, d’autant plus que je ne les ai pas tous visités, mais voici quelques principes de base que vous pouvez adopter dans chaque pays, particulièrement dans certaines régions du monde où les femmes ont un statut bien particuliers.
Les vêtements : de façon générale, habillez-vous sobrement et essayez de respecter le style vestimentaire du pays. Couvrez-vous les épaules et les genoux, évitez d’attirer trop l’attention. N’hésitez pas à avoir avec vous une étole dans votre sac, cela peut s’avérer très utile pour la visite de lieux religieux, à la plage, ou dans la rue quand vous sentez trop de regards persistants sur vous.
Dans les transports: ne quittez jamais votre petit sac à dos qui contient vos biens les plus précieux et gardez vos passeport, carte bleue et monnaie dans une pochette sous vos vêtements si possible.
Pour dissuader les hommes: c’est une technique souvent vue, portez une fausse alliance / une bague. Cela dissuade les hommes qui essaient de vous draguer en chemin, et si quelqu’un est insistant, vous pourrez toujours dire que votre mari vous attend quelque part, vient vous chercher, est malade et vous attend à l’hôtel ou vous rejoint bientôt en vacances (on devient très imaginative sur nos relations amoureuses quand on voyage seule!).
Marchez avec beaucoup d’assurance, prétendez savoir où vous allez même si ce n’est pas le cas (à moins que vous soyez vraiment perdue bien sur auquel cas il vaut mieux demander votre chemin!).
– Si vous sentez qu’un taxi ne prend pas la bonne direction, faites lui comprendre que vous avez vu son jeu. Si vous le pouvez, essayez de regarder un peu en amont les grands axes de la ville afin de savoir vous orienter un peu. J’ai beaucoup entendu qu’en Amérique du Sud, il était bon de prendre en photo les plaques d’immatriculation et de les envoyer à quelqu’un que vous connaissez. Si vous n’avez personne à qui envoyer la photo, la prendre et faire semblant de l’envoyer peut malgré tout dissuader un chauffeur mal intentionné.
Évitez de vous promener seule dans les rues le soir. Je me souviens d’un soir à Hanoi où j’avais entendu parlé d’une fille qui s’était tout voler la veille mais je n’étais pas loin de mon auberge et ne voulait pas payer de taxi pour rentrer. J’ai donc marché très vite, en ne prenant que les grandes routes, j’avais un plan dans ma poche au cas où mais je ne voulais pas sortir pour ne pas montrer que j’étais touriste. Je suis arrivée sans mésaventure mais j’ai un peu regretté mon geste ensuite.
Argent: essayez de disperser votre argent liquide entre vos différentes poches de pantalon / manteau / sous-vêtements (eh oui!).
Ne résistez pas si quelqu’un essaye de vous voler. Certaines voyageuses rencontrées se promènent avec des gaz lacrymo dans la poche ou un petit couteau. Il y en a aussi certaines qui prennent des cours de self-defense avant de partir. A vous de voir quelle solution vous convient le mieux. Je pars personnellement du principe que je préfère perdre de l’argent ou des biens matériels plutôt que me retrouver blessée voire pire, je n’emporte donc que le minimum dont j’ai besoin et continue de croire en ma bonne étoile…
Enregistrez votre présence dans un pays étranger sur Ariane, système français qui permet de suivre les personnes qui sont à l’étranger. De cette façon, si quelque chose arrive dans le pays où vous êtes, ils peuvent vous contacter vous, ainsi que la personne que vous aurez renseigné comme votre contact en France, afin de s’assurer que vous allez bien. J’étais au Kenya lors de la fusillade à Nairobi en septembre dernier et je ne savais pas du tout ce qu’il se passait n’ayant pas accès aux informations. J’étais en l’occurrence dans un bus entre Nairobi et Kisumu quand tout ça est arrivé. Le système Ariane m’a permis de recevoir des textos d’information ce jour-là et les jours suivants sur l’avancée des menaces, ils ont pris contact avec moi pour s’assurer que je n’avais rien.

IMG_4820Prenez votre temps, le temps de vous sentir à l’aise et confortable. Cela pourra prendre 3 jours, 3 semaines ou 3 mois selon votre personnalité, le pays où vous êtes, ce que vous voulez faire. Mais à un moment, vous aurez envie de vous ouvrir naturellement.
Il m’a fallu pas mal de temps avant de faire mes 1ères soirées par exemple parce que, quel que soit le pays, je ne voulais pas sortir et rentrer au milieu de la nuit seule après avoir un peu bu. Peut-être que rien ne me serait arrivée mais je n’avais pas envie de le tenter. Il m’a donc fallu plusieurs mois de voyage pour prendre mes repères, mes marques de voyageuse solo et enfin passer le pas. De la même façon, j’ai mis beaucoup de temps à dépasser ma timidité pour prendre des photos des gens dans la rue. Peur que l’un d’eux le prenne mal, qu’on me dise non, peur de sortir mon appareil photo (mon bien le plus précieux) au milieu des rues. Je ne faisais donc des photos le soir et dans les rues que lorsque j’étais accompagnée d’un voyageur en qui j’avais confiance. Jusqu’à ce jour à Jodhpur en Inde où j’ai eu un déclic, où les gens m’ont mise à l’aise, où j’ai passé le pas et pris beaucoup de plaisir à prendre des centaines de photos. Et depuis ce jour-là, je n’arrête plus. Cela ne veut pas dire non plus qu’à certains moments ma peur ne reprend pas le dessus, auquel cas, dans moments-là, mon appareil reste dans mon sac à dos.

Le danger en voyage existe, bien sur. Mais il existe aussi en bas de votre porte chez vous. Il est évident qu’il faut être très attentif en voyage, qu’il faut suivre certaines règles et d’autant plus lorsqu’on est une femme seule. Mais il serait dommage de vous empêcher de voyager si vous en avez l’envie à cause de ça. Suivez votre instinct, parlez avec les gens autour de vous et avec les locaux qui sont souvent de bons conseils et très prévenants, marchez la tête haute, souriez et ayez une attitude positive ce qui amènera beaucoup de sympathie de la part des gens envers vous. Profitez de votre voyage, amusez-vous, trouvez des voyageurs sympas avec qui partager un bout de route (et il y en a pleins qui n’attendent que ça!).

Et voyagez seule en Inde alors?
IMG_4300Il y a certains pays comme l’Inde qui inquiète beaucoup les voyageuses solo et leurs proches. C’est un pays qui fait peur vu de l’occident, qui est tellement différent et déroutant, tellement à l’opposé de ce que l’on connaît, où la femme n’a pas du tout le même statut que chez nous, que l’on ne sait jamais à quoi s’attendre. Avant d’y aller, je m’étais d’ailleurs dit que si je ne m’y sentais pas bien, j’irais plus tôt que prévu au Myanmar, la destination suivante. Au final, l’Inde a été une vraie révélation pour moi et probablement la meilleure école pour apprendre à voyager en solo. J’y ai vu une grande misère, des endroits extrêmement sales, des mendiants dans les rues, des gens malades et blessés, une circulation effrénée, un bruit omniprésent, une pollution et une surpopulation qui vous donne parfois l’impression que vous ne pouvez plus respirer. Mais j’y ai aussi rencontré des gens d’une incroyable gentillesse qui ne parlaient pas un mot d’anglais et qui pourtant m’ont beaucoup apporté, j’ai vécu des moments magiques en accordant ma confiance à un chauffeur de rickshaw, j’ai cuisiné et fait du chai ou partagé des repas avec des familles. J’ai aussi appris à forger ma confiance dans ce pays parce qu’une femme seule ne peut pas dîner à l’extérieur le soir par exemple. Même si j’étais tout le temps accompagnée d’un homme, il vous faut malgré tout un gros plein de confiance pour affronter les regards de dizaines d’hommes qui vous dévisage quand vous vous installez à la table d’un restaurant. J’ai appris à ne pas me laisser faire face à 15 chauffeurs de rickshaws en cercle autour de moi qui parlent une autre langue et essayent tous de m’arnaquer. J’ai appris la patience avec plus de 8h de retard dans un trajet en train qui déjà durait 15h en temps normal. J’ai appris qu’en Inde, comme ils le disent, « la seule chose qui est impossible: rien! ». Donc vous pourrez vous retrouver dans toutes les situations imaginables parce que les Indiens n’ont aucune limite, ne vivent que pour aujourd’hui et pas pour demain.
IMG_4780L’Inde c’est un pays qui se vit plus qu’il ne se visite. Certaines personnes ne lui résistent pas d’ailleurs, d’autres y adhèrent tellement qu’ils n’en partent jamais. En tant que femme seule, il faut le savoir, c’est une expérience à part entière qu’il faut être prête à vivre. Je ne vous cache pas que mon 1er jour de voyage après avoir quitté l’Inde a été très dur, je me suis sentie perdue, seule, vidée tellement ça avait été intense là-bas. Ça a d’ailleurs été ma seule journée de passage à vide lors de ce tour du monde. En Inde, j’ai perdu tous mes repères, j’y ai été secouée, mais j’y ai aussi appris la richesse des rencontres, d’un sourire, d’un moment de partage. J’ai oublié mon stress, appris la patience, à vivre différemment, à m’ouvrir plus facilement, à profiter de tous les instants. En sortant de cette zone de confort que je pouvais avoir avant, j’ai appris à m’abandonner à vivre. En résumé, l’Inde aura été le pays qui m’a appris à voyager seule.

En conclusion de cet article, je ne vous dirai qu’une chose: si vous aussi vous êtes prête à voyager seule, si c’est quelque chose dont vous avez envie, je ne peux que vous encourager. Vous vivrez sûrement l’une des plus belles expérience de votre vie…

Si vous avez des témoignages ou compléments d’information, de conseils à donner à des femmes voulant voyager seules, n’hésitez pas à poster un commentaire en bas de cet article!

One Response to “Voyager seule quand on est une femme”

  • Superbe article ! Je crois effectivement que pour voyager seule il faut avant tout en avoir vraiment envie. Moi je n’ai pas encore sauté le pas, mais je suis sure que ça viendra un jour.

    J’ai passé pas mal de temps en Inde (avec mon copain) et je n’ai jamais eu aucun problème quand je me déplaçais seule. Il faut s’adapter au pays comme tu dis ; notamment en ce qui concerne les vêtements. Bien sur les gens me regardaient, voire me fixaient mais personne ne m’a jamais abordé de façon agressive.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :