Varanasi, ville des crémations

On 13 janvier 2014 by From elephants to kangaroos

Attention, vous l’aurez compris via le titre, certaines parties de cet article pourraient heurter des personnes sensibles.

imageVaranasi, une ville qui à la fois m’attirait et à la fois me faisait peur.
Pourquoi peur? Parce que Varanasi, c’est la ville des crémations, une ville chaotique imprégnée d’une spiritualité bien particulière, où les pèlerins viennent se laver de leurs péchés dans le Gange quand d’autres viennent brûler les corps de leurs proches aux yeux de tous sur les ghats. On y voit donc tout, la vie et la mort, les hommes et les femmes, les feux de joie et les feux de crémation. Et seule, je dois l’avouer, je l’appréhendais.
Mais à entendre tant de gens me dire qu’il ne fallait pas passer à côté d’une ville si différente, je me suis lancée.

20h de train à l’aller depuis Delhi, avec un retard de 8h, me voilà donc débarquée vers 16h à la gare. Le temps de prendre un rickshaw et déposer mon sac a la guesthouse et je me jette dans l’arène. J’avais déjà été bousculée par le monde a Delhi ou Agra mais alors Varanasi…encore plus de rickshaw partout, des gens a n’en plus savoir où marcher, des rabatteurs a tous coins de rue pour vous emmener dans tel ou tel magasin ou vous faire une promenade en bateau. Un choc.
imageAprès m’être faufilée au milieu de tout, j’arrive enfin sur les ghats vers 17h30, enfin un peu d’air frais et un peu moins de monde. La nuit commence à tomber, la cérémonie du Puja ne va pas tarder, je pars donc m’installer au Dasaswamedh Ghat. Le Puja, c’est une cérémonie qui dure 1h pendant laquelle 5 hommes font l’ode a Shiva à travers feux de joie et danses. Beaucoup d’indiens sont là à se recueillir et partager ce moment au milieu des touristes qui regardent depuis les marches ou des bateaux. Après ça, direction un resto pour manger rapidement et aller dormir pour profiter pleinement de la journée du lendemain. Pour vous expliquer l’esprit, j’y ai rencontré un israélite qui a eu une révélation à Varanasi et veut peindre un graffiti sur l’un des ghats, pendant que lui et un allemand prennent différentes drogues (très courant en Inde et encore plus dans cette ville).
En rentrant à ma chambre, je fais la rencontre de Marek, polonais, qui est dans la ville depuis pas mal de jours déjà et qui la connaît donc très bien ainsi que tous les rituels. Nous partirons ensemble le lendemain.

image2ème jour donc, nous voilà partis a déambuler d’abord dans les rues. Il m’explique beaucoup de choses sur la religion hindou, le quotidien de cette ville et autre. On part ensuite faire la promenade « classique » sur un bateau pour voir la ville et les ghats depuis le Gange. On passe donc d’un Ghat à un autre, certains servant au bain, d’autres aux crémations (le plus grand étant le Manikarnika Ghat mais il en existe également un autre un peu plus loin plus petit) et on observe tout, on s’imprègne de l’esprit si particulier de cet endroit. Arrivés au Ghat de crémation, on voit d’un peu loin les corps brûler, d’autres arriver par cortège. Les corps sont en effet transportés (par les hommes seulement) à travers les ruelles de la ville sur des brancards de bambou et les corps sont recouverts d’un linges et de fleurs. Ils sont ensuite plongés dans le Gange pour purifier le corps. Puis les hommes vont acheter le bois pour faire le bûcher et celui qui a été désigné pour allumer le feu va se raser intégralement et se recouvrir d’un linge blanc. Le corps est ensuite mis au bûcher, la tête imageétant parfois découverte. A la fin de la crémation, qui dure environ 4-5h, cette même personne habillée en blanc jettera une dernière fois de l’eau du Gange sur le corps et jettera de la main gauche le pot et l’eau sur le corps puis partira avec les autres, sans se retourner, ce qui signifie que l’âme du corps est partie avec Shiva. Aucune femme de la famille n’est autorisée à participer à la crémation, les indiens estimant que c’est trop dur pour elles depuis que des incidents ont eu lieu. Sachez cependant que vous pourrez y assister depuis le Ghat directement si vous le souhaitez, à condition bien sur de vous comporter respectueusement. Ensuite c’est juste une question de résistance à tout ça, personnellement j’ai tout observé un peu plus tard dans la journée pendant environ 20min mais je ne me suis pas trop approchée, ayant déjà vu un peu trop de choses pour moi que je ne décrirai pas ici.

imageAprès la promenade en bateau, nous avons marché pendant 4h sur les différents ghats, nous posant parfois pour observer de plus près les rituels de bain, prières et crémation. Il y a également de nombreux graffitis très sympas à voir et des temples un peu partout.
Après un passage dans le bazar, et un excellent Lassi banane chocolat au Blue lassi (adresse que je recommande), retour à la gare pour reprendre un train pour Delhi. Environ 30h sur place, beaucoup de choses en tête, une atmosphère bien particulière.
Alors à faire ou pas après coup? Sans aucun doute, oui! Même si c’est assez dur de voir certaines choses, il y règne malgré tout une ambiance si particulière qu’il serait dommage de passer à côté. Les gens n’y sont pas tristes, ce n’est pas pesant puisque pour eux c’est le cours de la vie et qu’ils considèrent que l’âme est alors libérée. Malgré tout, je conseille aux âmes sensibles de s’abstenir d’y aller ou tout du moins d’éviter les ghats de crémation de trop près, il y a (malheureusement) des images que vous ne pourrez effacer de votre esprit. Pour le reste, aucun souci, c’est une ville vraiment intéressante! Et j’avoue avoir eu de la chance de rencontrer Marek qui m’a tout expliqué et avec qui c’était plus facile de voir tout ça plutôt qu’y être seule.

Prochain chapitre, bien différent: 10 jours au Rajasthan!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :