Sur la route de Kisumu

On 27 septembre 2013 by From elephants to kangaroos

imageSamedi 21 septembre 2013, me voilà quittant la capitale Nairobi pour me rendre a kisumu, lieu de ma mission humanitaire. Non mécontente de quitter la grande ville, je me lève a 6h45, et me voilà attendant le bus a la gare. Départ a 9h, on m’annonce 5h de trajet environ.

Sachant que j’allais traverser la moitié du pays, j’ai décidé de lutter contre ma fatigue et de rester les yeux grands ouverts pendant tout le trajet. Et je n’ai pas été déçue:le Kenya est un beau pays, avec quelques petits montagnes, une végétation extrêmement verdoyante (eh oui, il pleut tous les jours ici pendant quelques minutes / heures a cette saison) et petits villages. De ce qu’on m’explique, Nairobi est la seule vraie ville dans le pays ou vous pouvez acheter nourriture, voiture et autre. Partout ailleurs, vous ne trouverez que des petits marchands ambulants qui vous vendent fruits et légumes, poulets morts (ou a tuer) ou encore des sodas, coca cola étant LE sponsor officiel du pays!

Pendant mon voyage, j’ai la chance d’être assise a côté de Millie, kenyan qui vit depuis 20ans aux US et veut maintenant revenir au pays. On discute beaucoup de son mode de vie la bas, du pourquoi elle veut revenir. Au fur et a mesure qu’on passe les villages, elle m’explique aussi un peu les situations de chacun. Elle m’apprend aussi que ce n’est pas 5h mais 8h de trajet a faire… Bon…
Arrivé a un village, elle me prévient qu’il y pleut constamment et elle n’a pas tort, une pluie démentielle s’abat sur nous d’un coup. Et autant vous dire que quand il pleut ici, c’est du sérieux..

La pluie et les routes goudronneuses nous suivront jusqu’à l’arrivée. Heureusement nous avions un bon chauffeur et je dois admettre que les bus de la compagnie Easy Coach sont plutôt confortables si vous devez voyager ici.
Un peu avant d’arriver, nous traversons l’un des villages les plus pauvres du Kenya. Je suis un peu choquée a ce moment la, les gens veulent monter dans notre bus pour éviter l’averse mais on ne peut pas les prendre. Certains courent derrière, les enfants sont pieds nus dans les chemins boueux…

A 17h15 donc nous arrivons enfin. Collins, l’un des membres de la famille chez qui je loge, vient me chercher et direction un matatu (petit bus local dont je vous écrirai un article spécial) pour aller a la maison. Ces bus sont toujours ultra remplis donc pas simple avec mon sac.
A ce moment la, il me parle de l’explosion a Nairobi. Ajouté à ça ma fatigue, le trajet en bus, la traversée d’un Kenya beau mais assez pauvre, la famille composée d’environ 25 personnes, un lit cassé et des conditions de vie plus que précaires, une des enfants qui a le palu, je dois l’avouer, je n’étais pas au top de ma forme. Un de ces moments où on se demande pourquoi on a fait tout ça.
Mais après quelques jours, les choses commencent a se mettre en place. La famille est très sympa avec moi, j’ai même commencé a apprendre le swahili et a leur apprendre le français. Côté mission, il est possible que cela change puisque l’école est en re construction, difficile d’y donner des cours!

Je vous donnerai plus d’infos sur la famille, la vie locale, la nourriture, le temps et l’humanitaire prochainement. En attendant, un mot d’ordre: hakuna matata :)

3 Responses to “Sur la route de Kisumu”

  • Mumu

    Gros OUF de te lire…
    En tout cas, ca ne fait que commencer mais je suis déjà accro à tes articles ;-) Cool que la phase de découverte se passe bien.Enjoy et j’ai hâte de lire la suite…la biz

  • Ton petit

    Merciiiii
    si j’ai les yeux humides en te lisant c’est à cause de ce saleté de rhume des foins :)
    j’adore te lire mon petit et voir tes photos !!!! c’est pire que l’attente de ma little box, je trépigne à l’idée de ton prochain artiiicle !!
    <3

Trackbacks & Pings

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :