Retour sur 3 mois d’humanitaire

On 20 décembre 2013 by From elephants to kangaroos

Après 90 jours passés entre le Kenya et la Tanzanie, me voilà de retour pour quelques jours en France pour les fêtes avant de repartir en Inde. L’occasion pour moi de faire un 1er bilan, d’ajouter des photos, mettre à jour mon site et me poser aussi pour réfléchir à ces moments incroyables passés là-bas.

IMG_5107Aujourd’hui, je voudrais revenir sur mes (presque) 3 mois de missions humanitaires effectués au Kenya. En effet, si vous avez lu mon article avant mon départ, il était prévu que je fasse 2 missions, la 1ère à enseigner à des enfants à Kisumu et une 2nde en workcamp sur une île pour la construction d’un eco-village. Mais comme une aventure n’est jamais sans rebondissement, il s’avère que beaucoup de choses ont changé une fois sur place.

Dès mon arrivée à Kisumu, ma famille d’accueil qui a créé l’organisation Migosi Family Hope Society m’a avertie que je ne pourrai pas enseigner à l’école, celle-ci étant en construction… Bon, forcément, ça n’aide donc pas! Ni une, ni deux, pas de souci pour moi, je suis flexible et je peux m’adapter et aider autrement. Mon workcamp a été annulé et remplacé par un autre plus proche de Kisumu où l’on devait construire une école. A cause d’un gros mal de dos, je n’ai pu m’y rendre et j’ai donc décidé de rester à Kisumu et continuer à partager avec ma famille leur quotidien et leur activité. Et les missions ne manquaient pas.

Nous avions donc plusieurs missions principales :
IMG_1326Visites à des femmes isolées : environ 2 fois par mois, nous allions à la rencontre de femmes seules, abandonnées, sans contact régulier avec les autres, qui sont dans le besoin. Notre action était assez simple, leur apporter du sucre et de l’ugali (selon les dons récoltés que toute la famille et les volontaires faisaient) et passer un peu de temps avec elles, s’assurer qu’elles allaient bien, qu’elles n’étaient pas malades, n’avaient besoin de rien d’urgent, les écouter parler de leur quotidien, etc… J’ai pour ma part fait 2 réunions comme celles-ci et cela a été très enrichissant, cela vous rappelle à quel point certaines personnes souffrent en gardant le sourire et vous fait beaucoup relativiser. Je vous raconte dans cet article ma 1ère visite avec ces femmes et vous découvrirez également des photos de ces moments dans ma galerie photos.

IMG_07641 semaine d’enseignement : malgré que l’école ne soit pas terminée, j’ai eu la chance d’enseigner pendant 1 semaine à notre école dont la construction a commencé il y a 1 an environ et qui est financée par des dons de diverses organisations dont 1 notamment. Ma mission était assez simple : prendre soin des plus grands qui parlaient plus ou moins anglais et leur apprendre les basiques comme les chiffres, l’alphabet, les couleurs. On chantait également un peu, on dansait, tout s’est passé dans une ambiance très sympathique et j’ai beaucoup aimé partager avec ces enfants! Nous n’avons pas pu continuer en raison du ministère de l’éducation qui nous a forcé à fermer l’école et à la terminer avant de l’ouvrir officiellement.

1381720_10202254528914152_276735489_n– L’une des autres missions principales a donc été la construction de l’école : pendant quasi l’intégralité de mon temps à Kisumu, nous avons continué la construction et tout y est passé : peinture, déplacement de 30 tonnes de sable à 4 personnes d’un point A à un point B, mélanger le sable / le ciment / l’eau pour faire les murs extérieurs (à l’ancienne, sans moyen de construction « moderne » comme on peut avoir en Europe), creuser tout autour de l’école pour les finitions de la partie basse, ajuster le niveau du sol devant l’école, creuser les trous pour les poteaux de la clôture, et ensuite, en raison d’un gros mal de dos, j’ai dû m’arrêter sur le travail « difficile ». J’ai donc regarder et pris les photos lors de la pose des poteaux, de la clôture ou du portail.

IMG_1199Visites au centre de redressement pour enfants, sorte de prison : tous les dimanches, nous allions rendre visite aux enfants de ce centre. Les enfants présents ont tous moins de 18 ans, pour la plupart ont entre 12 et 16 ans. Ils sont dans cet endroit pour cause de viol, de violence, de comportement trop dérangeant en classe ou encore parce qu’ils ont été trouvé dans la rue trop jeune sans famille ni attache. Notre mission était assez simple : passer du bon temps avec eux! Chanter, danser, dessiner, faire du sport, tout était bon à prendre. Malgré ce qu’ils ont fait et l’endroit assez rudimentaire et strict, j’ai adoré ces missions, ces moments avec eux toujours très sympas et dans la bonne humeur. Nous avons également fait mi décembre une journée de soins médicaux pour tous ces enfants en partenariat avec une organisation médicale australienne qui vient 2 fois par an au Kenya. Nous avons donc aidé ces volontaires pour qu’ils examinent les blessures mineures et majeures des enfants, les tests de paludisme et du sida. Vous trouverez un article plus détaillé de ma 1ère visite dans le centre ici.

IMG_4488Grands nettoyages : le 1er nettoyage que nous avons fait, nous l’avons organisé le 19 octobre par nous-même, je le raconte dans mon article ici. A la suite de cela et après avoir rencontré autant de monde, l’association s’est associée avec eux pour participer à plus de nettoyages partout dans la ville. Chaque mois, le Kicocen organise donc des nettoyages dans un quartier pré-défini de Kisumu en association avec diverses organisations et volontaires. Lors de mon passage au Kenya, j’aurai participé à 3 nettoyages comme celui-là.

Vous l’aurez donc compris, les missions n’ont pas manqué, nous n’avons pas chômé. Bien sur, Migosi Family ne s’arrête pas là, continue ses missions au jour le jour. Si vous souhaitez en découvrir plus sur eux et sur leur organisation, n’hésitez pas à aller sur leur site web (en anglais) que j’ai créé lors de mon passage là-bas. Si vous souhaitez les aider financièrement via des dons pour leurs différentes missions ou pour la construction de l’école, sponsoriser un enfant ou participer à un projet, vous y rendre, vous pouvez les contacter via ce site. Si vous préférez, vous pouvez également faire un don via ma page web et me préciser que vous souhaitez que les dons soient reverser à l’association, je ferai le lien avec eux pour leur reverser l’intégralité de la somme.

Pour avoir passé la quasi totalité de mes 3 mois avec eux, je peux vous assurer que cette famille et cette organisation est exceptionnelle. Ils ont choisi de dédier leurs vies aux autres, je souhaitais découvrir cette vie bien loin de mon quotidien métro / boulot / dodo. Et croyez-moi, j’ai vite compris que c’était bien plus enrichissant et prenant que n’importe quel job que l’on peut avoir ici… Alors n’hésitez pas! Et si vous souhaitez plus d’infos, n’hésitez pas également à me contacter via les commentaires ou par email (visible en bas de page), je me ferai un plaisir de vous répondre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :