La Thaïlande, plus qu’un voyage, une histoire

On 1 juin 2014 by From elephants to kangaroos

Je vous raconte beaucoup mes récits de voyage. Qu’est ce que j’ai fait, vu, où je suis allée… Mais je vous parle peu de pourquoi je fais ça ou pourquoi je vais là. Aujourd’hui je vais me livrer à vous en vous racontant une histoire très personnelle, que nombreux de mes amis proches ne connaissent pas. Ce qui n’est pas un exercice facile pour moi.

IMG_6168Il y a quelques années, 14 ans précisément, j’ai perdu quelqu’un d’important pour moi. Il était mon oncle et mon parrain. Et je l’ai toujours considéré comme mon 2nd papa. Le jour où le téléphone a sonné ce matin-là, je me suis instinctivement réveillée et j’avais compris, sans même avoir besoin de me lever, que c’était trop tard. Une saloperie de maladie, le sida, l’a emporté trop vite. Je n’ai compris les détails de tout ça que plus tard, mais peu importe, ce n’est pas le sujet ici.
Alors pourquoi je vous raconte tout ça? Et bien en fait, c’est assez simple. Mon parrain était architecte, artiste plus généralement aussi. Et de par son métier, il voyageait beaucoup à l’étranger et je le voyais peu. J’étais déjà à cette époque une grande fan d’éléphants et l’un de ses pays fétiches était la Thaïlande. À chaque fois qu’il s’y rendait, j’avais droit à des histoires ou des photos. Et il m’avait dit qu’un jour on irait ensemble les voir ces fameux éléphants en Thaïlande.

Vous comprenez maintenant où je veux en venir… J’étais encore jeune quand il est parti, et je n’ai donc jamais pu aller les voir avec lui. Alors je m’étais fait une promesse: celle d’y aller un jour, sans lui, pour les voir et explorer ce pays dont il nous parlait tant. Ça aura mis du temps, celui de ma réflexion, de prendre beaucoup de courage, d’oser faire le pas. Et je crois qu’il fallait que je le fasse seule et pas dans le cadre d’un voyage avec des amis. La Thaïlande, c’était l’un de mes buts lors de ce tour du monde. Plus qu’un simple pays ajouté à la liste parce qu’il était sur le chemin, c’était un besoin, une évidence.

Je ne leur ai pas dit mais j’ai passé la frontière avec mes amis voyageurs Flo et Pit, certes pour partager ces 2 jours de bateau sur le Mékong avec eux, mais aussi parce que je ne me sentais pas le courage de passer seule en Thaïlande. Peur de faire demi tour, que ce soit trop dur à supporter. Alors merci à vous 2, sans le savoir, vous m’avez aidé à passer une étape importante!

IMG_6164 - CopieQuant à toi François, tu avais raison. De ce que j’en ai vu pour le moment, la Thaïlande est un très beau pays, j’y ai rencontré de nombreux éléphants et ils étaient beaux eux aussi. Je ne sais pas si tout ça va m’aider à avancer par rapport à toi mais je crois. En attendant, ton nom est maintenant tatoué sur ma peau (merci Luckie). Non pas que je t’oublierai sans ça, il ne se passe pas un jour sans que je ne pense à toi, mais j’avais envie d’un tatouage et rien ne m’est paru plus évident que d’y mettre ton nom.

Voilà, cet article il est pour toi, parce que j’aime penser que peut être de je ne sais où tu le liras. Pour moi, parce que cette partie de voyage a apaisé quelque chose en moi et eu pour conséquence que pour la 1ère fois de ma vie j’avais envie de parler de cette histoire. Pour vous qui me connaissez mais qui ne connaissiez pas cette histoire qui fait parti de ma vie dont je n’ai jamais parlé. Pour vous qui ne me connaissez pas pour vous encourager à aller au bout d’un projet quel qu’il soit s’il a un sens pour vous. Et pour ma famille, pour leur dire que la vie continue, que cette perte m’a touchée mais que ça ne m’empêche pas de continuer à avancer, entre autre grâce à eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :