Kratie et le Ratanakiri

On 27 avril 2014 by From elephants to kangaroos

Avant de partir pour le Laos, j’avais décidé de m’arrêter par le nord du pays le long du Delta du Mékong et au Ratanakiri.

IMG_3372Mon 1er stop s’est donc fait à Kratie après 14h de bus / minivan et multiples péripéties sur la route depuis Siem Reap. Ne sachant pas vraiment ce qu’il y a à voir dans le coin, on décide de partir avec 2 autres voyageurs en tuk tuk pour la journée.
On se dirige d’abord vers Kampi, lieu de pique nique pour les cambodgiens assez inattendu. Des sortes de maisons flottantes sur le Mékong se suivent et se ressemblent, avec des hamacs à l’intérieur pour se reposer et des vendeurs de nourriture un peu partout. Possibilité de se baigner également! Une atmosphère atypique et sympa à découvrir! Direction ensuite une ballade en bateau sur le Mékong pour aller découvrir les dauphins de l’Irrawaddy. Ce sont des dauphins avec une tête bien différente de ceux que l’on a l’habitude de voir, beaucoup plus ronde. Ils ne sautent pas donc il est difficile de bien voir leur tête / leur corps juste à la surface de l’eau. Mais cette ballade s’avère très reposante et agréable à observer ces animaux paisibles. Fin de la journée avec la colline Sambok. En haut, juste 3 pagodes et une jolie vue sur le Mékong.

IMG_3434Départ le lendemain pour la région du Ratanakiri avec la ville de Banlung dont j’avais entendu parlé pour ces villages ethniques. Après là encore 7h de minivan avec 27 personnes à l’intérieur au lieu de 14, me voilà débarquée dans cette petite bourgade. Un grand marché central, quelques guesthouses dans le centre plutôt glauques, peu de locaux qui parlent anglais, quelques restos. Le ton est donné! Je check in à une GH mais qui ne me plait pas. Je pars donc à la recherche d’une autre pour le lendemain et book au passage une excursion à la journée en motobike pour le jour suivant. Je découvre au passage des locaux adorables avec qui discuter, d’autres qui jouent au billard au milieu d’un chemin, improbable…
Le lendemain matin, je pars donc avec mon guide Sat en moto pour aller explorer les alentours. J’ai plutôt l’habitude normalement d’aller visiter par moi même mais je me voyais mal débarquer dans les petits villages seule, sans être capable de les comprendre ou de parler avec eux, et je ne voulais pas faire intrusion. Et vu les chemins en plus qu’on a empreinté, je ne suis même pas sûre que j’aurai trouvé mon chemin!
Bref, la journée commence par la visite des 2 chutes d’eau Katieng et Kachang. Sur la route, on rencontre un groupe de paysans assis par terre qui discute avec des gens d’une entreprise. Sat m’explique alors que le 1er ministre cambodgien a été élu plus grace à la corruption que grâce aux votes et qu’il a ensuite vendu ces terres aux chinois pour l’argent. Les villageois vont donc être évincés de leurs terres malgré les arbres et plantations faites. Leurs maisons vont être rasées et ils n’auront nulle part où aller. Ils s’assoient donc pour manifester et ces hommes en costume font en fait parti de la société qui a racheté les terrains et sont là pour discuter avec eux (mais en vain si j’ai bien compris puisqu’ils comptent de toute façon tout décimer).
IMG_3499Retour sur la route vers la cascade de Katieng donc. Haute de 10m, elle est assez sympa à observer. Puis on va ensuite voir celle de Kachang qui est plus sympa et qui a notamment la particularité d’accueillir un pont suspendu (qui bouge sacrément) duquel on peut observer la cascade. On peut également s’y baigner. On part ensuite voir les villages de minorités avec le village de Kalai et la minorité Kreong. Dans cette minorité, la famille habite ensemble dans une grande maison mais lorsque les filles atteignent l’âge de 10 ans, une petite maison leur est construite afin qu’elle puisse y habiter seule et ainsi trouver leur mari. Eh oui, là-bas, les gens se marient autour de 13-15 ans et lorsqu’ils ont 20 ans, ils ont déjà une famille de 3 enfants! On passe ensuite par le village de Romyool qui accueille la même minorité.

IMG_3570Après le déjeuner, on file voir les mines de Bokeo et ses travailleurs. La route pour l’atteindre est superbe, en pleine nature, des petites montagnes à l’horizon, de jolies plantations. Puis d’un seul coup, on bifurque à droite sur un petit chemin, on traverse la forêt et on arrive alors à ces fameux mineurs en plein travail. Assez surpris de voir une touriste arrivée, je suis contente d’être accompagnée de mon guide qui peut faire la traduction, leur poser mes questions et autre. Je découvre alors ce métier dangereux : ils fonctionnent par équipe de 2. Le travail consiste à creuser un trou cylindrique de 20m de profondeur, les fameuses pierres précieuses se trouvant entre 11 et 20 m. Il faut ensuite extraire la terre et faire le tri. Le travail est très dangereux puisque la personne qui descend n’a aucune protection pour descendre (il n’est d’ailleurs pas rare que la personne décède suite à l’écroulement de terre sur lui ou suite à une chute lors de la descente/la montée). Une fois en bas, une personne reste en haut et descend et remonte les seaux inlassablement. Croyez-moi, pour les avoir vu à l’oeuvre, c’est un travail très éprouvant surtout avec la chaleur actuelle au Cambodge. Oui mais voila, s’ils trouvent la bonne pierre de la bonne taille, cela peut rapporter 4000$ ce qui représente une somme incroyable pour eux et leur famille, donc le risque en vaut la chandelle. Du coup, même les enfants sont mis au travail pour aider la famille… Encore une leçon de vie que je ne suis pas prête d’oublier!
La journée se termine avec le village Phnom et la Tampuon minorité où je rencontre notamment une vieille dame en train de tisser ses écharpes 100% à la main, avec aucune machine. Chaque écharpe lui demande 1 semaine de travail et elle les vend 5$… Sacré boulot pour ce prix!

IMG_3519Le dernier jour au Cambodge approche et je me rends donc au Lac volcanique qui est entouré de la jungle. Cela lui donne un certain charme et surtout il y règne une vraie quiétude qui différencie bien de la vie rapide de Phnom Penh par exemple. Je me fais inviter par des cambodgiens à boire un verre avec eux (je refuse gentiment la bière à 9h30 du matin) et partage un peu de mon expérience. Puis il est temps de partir à Stung Treng le long du Mekong pour atteindre le Laos.

Voici donc comment se termine mon trip au Cambodge. Environ 3 semaines passées là-bas, à découvrir des coins touristiques immanquables comme des coins plus reculés qui montrent une autre image du pays. Encore de belles rencontres, de belles surprises, de belles découvertes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :