Faire le choix de tout quitter

On 13 avril 2014 by From elephants to kangaroos

IMG_1857Combien de fois ai-je entendu cette phrase en parlant de mon tour du monde « tu as de la chance »… Et à chaque fois, la même réponse de ma part: ce n’est pas une chance, c’est un choix! Et un choix que n’importe qui peut faire.

Eh oui, figurez-vous que vous aussi vous pouvez partir si vous le souhaitez. Je vois déjà venir vos remarques, vos questionnements et autre. Les raisons classiques: je n’ai pas assez d’argent, j’ai une famille, j’ai un travail, je ne parle pas anglais, je ne peux pas laisser mon appartement, etc… Eh bien désolée de vous le dire, mais tout ça, ce sont des fausses raisons de ne pas partir :) Vous sentez en vous ce besoin d’aller à la rencontre du monde? Voici quelques conseils pour répondre à toutes vos interrogations!

Vous n’avez pas assez d’argent
C’est la raison qui revient le plus souvent. 2 solutions dans ce cas: soit, comme moi, vous mettez de l’argent de côté tous les mois, dès que vous le pouvez, autant que vous pouvez pendant des mois voire des années et vous partez ainsi avec un budget défini pour un certain temps. Soit vous partez avec rien, ou presque, et vous travaillez en route! J’ai rencontré de nombreux voyageurs opter pour cette solution, comme ce voyageur neo-zélandais parti il y a 7 ans avec rien en poche et qui travaille plusieurs semaines ou mois par ci par là selon ce qu’il veut faire, puis voyage, puis retravaille et ainsi de suite.
Sachez que voyager en Asie est très peu cher et qu’il est très facile du trouver des petits boulots (personnel de guesthouse, serveur et autre). Vous pouvez aussi faire des demandes de PVT, visa vacances / travail dans certains pays comme le Canada, l’Australie, la nouvelle Zélande et autre. Ça vous permettra de pouvoir faire des contrats de travail pendant 1 an à volonté, ou de simplement travailler en tant que serveur ou autre. Et vous pouvez décider ainsi de rester 1 mois à un endroit pour en explorer la région et partir le mois suivant ailleurs!

Vous avez un job
Là encore, 2 solutions: soit vous le quittez, « tout simplement », pour vivre votre rêve quelques temps et vous en retrouverez un à votre retour. Soit vous avez la possibilité via votre employeur de prendre un congé sabbatique pendant 6 mois ou 1 an et de retrouver ainsi votre boulot en revenant.

Vous avez une famille / des enfants
J’ai rencontré plusieurs familles en chemin. Je vous l’accorde, c’est une organisation différente et ce type de voyageurs m’impressionne toujours, mais vous pouvez le faire! Vous pouvez donner les cours vous-même à vos enfants, trouver des endroits où rester en famille à bas prix tout en évitant les dortoirs. Tout n’est qu’une question d’organisation! J’ai même croisé des familles qui avaient donné naissance à l’un de leurs enfants en chemin alors vous voyez…

Vous avez un appartement
Si vous vous organisez un peu en avance, et on planifie rarement un tour du monde du jour ou lendemain, il vous suffit de donner votre préavis 3 mois avant pour un appartement en location non meublé et 1 mois avant pour les meublés. Vous ne voulez pas quitter votre appart? Sous-louez le dans ce cas là!

Vous ne parlez pas anglais/espagnol
Je ne vais pas vous mentir, il est fortement préférable de parler correctement anglais si vous voulez voyager et profiter de vos rencontres avec les locaux / les autres voyageurs. En Amérique latine, il faut se débrouiller en espagnol pour a minima communiquer avec les guesthouses ou restaurants. Mais vous pouvez prendre des cours avant de partir ou même dans l’un des pays que vous visitez! Après, c’est le quotidien qui vous apprendra le reste et vous verrez que plus vite que vous ne le pensez, vous parlerez suffisamment bien pour vous ouvrir aux autres.

Vous avez des soucis de santé / vous n’avez pas l’âge de voyager
Selon la gravité de vos soucis, vous verrez que vous pourrez malgré tout partir et bénéficier des soins sur place. Il y a des voyageurs qui décident de faire un tour du monde malgré le fait qu’ils soient sourds, handicapés, en fauteuil roulant ou autre. Cela demande nécessairement une organisation spéciale et des checks doubles avant de vous rendre dans tel ou tel pays mais c’est faisable!
Quant à l’âge, pour avoir rencontré des gens de 17 à 70 ans sur la route en sac à dos, je vous dirai qu’il n’y a pas d’âge pour profiter!

IMG_2281Bref, vous avez compris mon point, ce que je veux vous dire c’est que faire un tour du monde ou un voyage longue durée est donné à tous si vous en avez l’envie et le courage. Personne n’est venu un jour en me disant « Charline, c’est bon, j’ai réuni une somme d’argent pour toi, tu peux démissionner de ton job je m’occupe de t’en retrouver un à ton retour et ne t’inquiète pas pour ton appartement je m’en occupe ».  Non, rien de tout ça. J’ai réuni une somme d’argent et économisé pendant plus d’un an, me privant parfois de sorties ou d’achats c’est vrai. J’ai vendu la plupart de mes meubles et trouvé une nouvelle locataire pour mon appart bien que je l’adorais et que j’avais mis 6 mois à trouver cette perle rare (et merci la cave de ma mamie de loger mes derniers effets personnels!). J’ai décidé de refuser un CDI dans une boîte prometteuse et très en vogue. Etc etc…
Je n’ai pas de chance, j’ai fait un choix, celui de tout quitter et d’essayer. Au revoir confort, au revoir salaire, au revoir ambition professionnelle (pour l’instant en tout cas), au revoir douche chaude régulière, au revoir mes proches pour (trop) longtemps. A la place, il faut accepter de refaire son sac tous les 2-3 jours, ne pas savoir où on va aller demain ni où on va dormir, trouver la force de parler à quelqu’un de nouveau tous les jours (et en langue étrangère), faire face à des centaines de bêtes et insectes dans votre chambre / dans votre lit / partout, de faire des trajets interminables, de se faire prendre pour un porte-monnaie, de tout négocier, d’être sans cesse à faire des conversions de prix pour voir si on se fait prendre pour un pigeon ou non (mais dans tous les cas, la réponse est oui) et j’en passe. Et en rentrant, je n’aurai rien et je devrais tout recommencer mais c’est un choix là aussi.
Alors oui c’est un choix que j’ai fait, en assumant tous ces mauvais côtés mais aussi en voyant tout ce que cela allait m’apporter. J’ai pris le risque de partir à l’inconnu total pendant presque 1 an et demi, avec les hauts et les bas que cela apporte.

La chance que j’ai en revanche? Vivre dans un pays où il m’est facile d’obtenir un passeport, qui me permet de circuler librement dans tous les pays du monde et d’obtenir facilement des visas. J’ai la chance aussi d’avoir eu des parents qui m’ont donné ce goût du voyage, qui ont accepté que je revienne vivre chez eux pendant 3 mois pour économiser encore plus (et sûrement quelques mois en rentrant le temps de retrouver un boulot) et la chance d’avoir des proches qui me soutiennent dans cette expérience. ÇA, c’est une chance!

Pour le reste, faites vos valises, il est temps que vous aussi vous partiez!

8 Responses to “Faire le choix de tout quitter”

  • Bonjour,
    Je me reconnais complètement dans ton article. Nous nous sommes posés les même question jusqu’à une fameuse soirée un peu arrosée où un collègue prévoyant un tour du monde nous a convaincu que rien ne nous empêchait de partir. Résultat : 4 mois après la demande de congé sabbatique était envoyée et acceptée ! Le compte-à-rebours est lancée : J-110 !!!

    • From elephants to kangaroos

      Super Prisca, ravie pour toi!! Vous partez à plusieurs? Vous prévoyez quoi comme trajet? Je serai encore sur la route dans 110 jours, peut-être l’occasion de se croiser!

      • Salut ! Nous partons en famille : mari et femme accompagnée de notre fille de 4 ans. Nous allons commencer par un petit tour entre l’Espagne et la Bretagne pour voir nos familles respectives puis nous décollons pour l’Afrique du Sud. Voici notre blog si tu veux nous suivre ou voir notre itinéraire : http://www.pymautourdumonde.fr.

        • From elephants to kangaroos

          Ah très bien donc Yannick est ton mari! J’ai donc déjà regardé votre site et je vais vous suivre! Super décision :)

  • bab

    La chance décrite dans ton dernier paragraphe, c’est ce qui te donne ce choix… Je suis d’accord que les personnes dans un environnement familial/économique/culturel similaire au tien peuvent faire ce choix tout comme tu l’as fait, mais je ne partage pas l’idée que « n’importe qui » peut le faire… Et ce n’est pas le choix de tout quitter, c’est celui de tout découvrir!

    • From elephants to kangaroos

      Je suis d’accord, j’ai eu la chance de faire ce choix! Mais je parlais plus d’une manière générale pour les gens que je rencontre en voyage qui me font cette remarque et/ou pour les gens qui vivent dans le même type d’environnement. Et il permet de tout découvrir, en tout quittant :) Mais quelle belle découverte!!!

  • Le début de l’article me faisait un peu « tiquer » jusqu’à la conclusion. En fait jusqu’à présent, je m’emportais contre toute personne utilisant le terme « chance » pour mon mode de vie (et en famille puisque tu en parles).
    Mais il y a peu j’ai pris conscience que le point de départ est effectivement la chance : avoir le bon passeport, avoir fait des études me permettant de localiser l’Inde et les Etats-Unis sur une carte, avoir l’économie qui fait qu’un billet d’avion ne représente pas trois mois de salaires, etc.
    Mais c’est parce que nous avons cette choix incroyable, que derrière nous pouvons faire des choix, celui de la vie que l’on mène, qu’il s’agisse de vivre dans une belle maison, d’aller au théâtre toutes les semaines ou de voyager abondamment. Oui c’est une chance, mais la chance seule ne nous emmène nul part, pour le reste c’est du boulot, de la sueur et des choix !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :