L’ascenseur émotionnel

On 3 septembre 2013 by From elephants to kangaroos

J-14 de mon départ… Combien de fois ai-je entendu depuis quelques jours « tu as hâte ? », « tu es prête à partir ? », « tu angoisses ? », « tu ne peux plus faire marche arrière maintenant ! ». Je crois qu’il est l’heure pour moi de vous décrire aujourd’hui l’ascenseur émotionnel de la préparation d’un tour du monde !

IMG_2283Un tour du monde, ça se prépare longtemps, très longtemps en avance. Peut-être y avez-vous réfléchi des années / des mois / des semaines ! Dans mon cas, c’est une idée qui me plaisait depuis plusieurs années déjà et je m’étais dit « un jour ». Cela fait maintenant 1 an et demi environ que j’ai pris la décision de partir à l’étranger, l’idée du tour du monde s’étant imposée à moi il y a 10 mois environ. Et à y réfléchir aussi longtemps, les émotions se suivent et ne se ressemblent pas… Votre cerveau part dans tous les sens, une discussion peut faire basculer votre pré-aventure quand une lecture va vous refaire basculer dans l’autre sens.

Au départ, votre cerveau est en phase de découverte : sans vous en rendre compte, vous discutez avec des ex tour du mondistes de leur expérience, de leurs voyages. Vous lisez des bouquins, regardez des films qui vous donnent envie de voyager dans tel ou tel pays. Puis vous vous dîtes que finalement vous aussi vous aimeriez bien voyager… Vous commencez alors à regarder de nombreux sites de voyageurs pour voir la faisabilité d’un tel projet, par où passer, le coût, les démarches à entreprendre…

Vient ensuite la phase d’euphorie : c’est décidé, c’est votre tour, vous partez ! Tout devient possible, vous vous organisez avec votre job, commencez à vraiment rentrer dans le concret des démarches, rêvez à vos futures destinations, réfléchissez au fait de partir seul(e) ou à plusieurs. Vous êtes fantastique, vous allez sauter le pas (vous !).

Jusqu’à ce que…vous commenciez à en parler autour de vous. Vos amis proches trouvent ça fantastique, votre famille s’inquiète un peu, certains ne comprennent pas pourquoi vous faîtes ça ou comment vous allez le faire. Là vient alors la phase de l’inquiétude voire la remise en question : « Je suis une tarée, pourquoi je m’embarque là-dedans ? Ai-je la capacité / le mental pour le faire ? Est-ce que ce n’est pas trop dur pour moi ? Je n’aurai pas l’argent pour le faire ! J’ai peur … »
Lors de cette phase, un conseil : coupez tout, respirez quelques jours, n’en parlez plus, n’y pensez plus et revenez-y quelques jours plus tard !

Suit alors la phase de préparation : vous êtes revenu à la raison et aux raisons qui vous ont fait avoir ce projet au départ, vous vous remettez dedans, c’est bel et bien décidé, vous partez ! Vous achetez votre matériel, faîtes vos vaccins, vous vous renseignez pour les visas, créez votre site web. C’est la phase la plus longue, chaque chose est réfléchie et demande beaucoup de temps. Chaque centime doit être dépensé à bon escient, chaque vaccin doit être fait s’il est nécessaire au bon timing, votre projet est plus clair dans votre tête et dans celles de vos proches par la même occasion.

IMG_2281Une fois arrivé là, vous êtes presque au moment du départ. Oui mais voilà, avant vient une phase de détachement : vous attendez votre départ. Si on vous demandait de partir demain, vous pourriez le faire. Oui mais il faut attendre encore quelques semaines / quelques jours. Vous ne savez pas exactement ce qui vous attend, votre projet est conceptuel dans votre tête mais pas encore concret. Vous vivez au jour le jour mais sans but précis, une sorte de « errance » agréable et perturbante à la fois.

Et puis le grand jour du départ arrive, enfin, vous détachant de toutes ces émotions et vous permettant de simplement vivre votre expérience que vous avez si longtemps imaginé. C’est le moment de profiter…

Alors pour clore cet article et répondre à toutes vos questions que j’entends si souvent depuis quelques jours : OUI j’ai hâte, OUI je suis prête, NON je n’angoisse pas, et NON je ne peux plus faire marche arrière, je veux juste enclencher la 1ère maintenant et démarrer ce beau projet :)
Mon seul « stress » est de ne pas réussir à passer assez de moments privilégiés avec chacun de mes proches, mais je tâcherai d’y remédier !

2 Responses to “L’ascenseur émotionnel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :