50 signes qui font un backpacker

On 5 juillet 2014 by From elephants to kangaroos

Oublié le quotidien métro-boulot-dodo, un backpacker c’est plutôt bus-guesthouse-sandwich. Et au milieu de tout ça, des choses qui reviennent, inévitablement. Alors voici ma liste, non exhaustive, des signes qui font de toi, de nous, de vrais backpackers.

Tu sais que tu es un vrai backpacker quand:

  1. Avoir de l’eau chaude dans la douche n’a plus d’importance parce que de toute façon tu es habitué à l’eau froide et/ou qu’il fait trop chaud dehors.
  2. Tu as toujours dans ton sac tes lunettes de soleil et ton appareil photo.
  3. Et du papier toilette. Et si tu n’en as plus, tu en voles à la GH (tu peux l’avouer maintenant).
  4. Tu passes la nuit dans des bus / des trains / à l’aéroport pour économiser une nuit d’hébergement. Voire dans des parcs quand tu arrives au milieu de la nuit (il ne faut pas payer une GH pour une 1/2 nuit!).
  5. Tu peux dormir n’importe où: bus, trains, avions, bateaux, aéroports, cafés, parcs…
  6. Tu vois un cafard et ça ne t’effraye plus (ça continue juste de te dégoûter). Ça marche aussi pour les lézards, les fourmis, les geckos et autres amis de la nature.
  7. Tu sais ce qu’est un gecko. Et tu sais aussi le bruit qu’ils font. Même dire à la portée de leur bruit la taille qu’ils font et où ils sont.
  8. Ta préoccupation pour le logement, c’est de savoir si l’endroit est propre, quel est le prix et s’ils ont le wifi. Si en plus ils ont un petit déjeuner gratuit et une option de pick up aux stations de bus / aéroport, ça devient ta guesthouse préférée. Je vous laisse imaginer quand en plus ils ont une piscine…
  9. Tu as fait une croix sur ton style vestimentaire parce que de toute façon, tu portes les mêmes 4 T-shirts, 2 pantalons et short depuis 9 mois. Et que tu te rends compte que finalement ce n’est pas si important que ça.
  10. Tu t’es décidé à en fait jeter ce T-shirt qui était complètement troué et accepté d’en racheter un neuf à $1 sur un marché.
  11. Tu t’es couché à 6h du matin après avoir fait la fête mais tu te réveilles sous peu parce que sous aucun prétexte tu ne rates le petit déjeuner gratuit de la GH qui est de 7h à 10h.
  12. Tu connais les mots de passe du wifi des 5 endroits les plus proches de ta guesthouse qui elle, ne l’a pas.
  13. Tu peux rentrer dans un dortoir la nuit quand tout le monde dort et te mettre en pyjama grâce à la lumière de ton téléphone, sans réveiller personne.
  14. Tu peux manger partout, de préférence dans les stands dans la rue. Tant que ce n’est pas cher, ça te va.
  15. Payer $3 pour un cocktail c’est OK, en revanche pour un repas, tu trouves ça trop cher.
  16. Tu as commandé des plats complètement au hasard parce que soit il n’y avait pas de carte, soit ça a beau être traduit en anglais, tu n’as pas compris ce que c’était.
  17. Tu es dans la douche commune de la GH et que tu réalises une fois que tu es trempée que tu as oublié ta serviette. Tu finis donc par utiliser ton T-shirt pour te sécher.
  18. Tu t’es fait arnaquer par des dizaines de tuk-tuk, richshaws et autres transports locaux.
  19. Tu as cherché le T-shirt qui pue le moins pour porter aujourd’hui, pendant que tu donnes le reste de tes vêtements à laver parce que tu n’as plus rien à te mettre.
  20. Tu as une guesthouse top ou un bon hôtel et tu repars avec tous les échantillons de savon, shampooing et dentifrice qu’ils ont mis à ta disposition parce que ça tombe bien, tu étais à sec (et après tout tu as payé pour !).
  21. Tu écoutes une musique lors d’un trajet ou en attendant ton bus et tu souris bêtement parce qu’elle te fait penser à quelque chose ou à quelqu’un.
  22. Tu regardes une vidéo sur ton smartphone quand tu attends ton avion à l’aéroport (de préférence couchée quelque part où il y a une prise électrique), parce que là-bas tu as un bon wifi et du temps, et que cette vidéo te fait exploser de rire. Tu provoques alors la peur des gens qui t’entourent, qui eux sont dans le stress du voyage. Toi, c’est ton moment détente. Eux te prennent pour une vraie folle.
  23. Tu vois des voyageurs qui partent en vacances 2 semaines avec de grosses valises à roulette qui pèsent 25kg quand toi ta vie tient dans un sac à dos de 50L qui pèse 15kg max et que tu voyages pendant 1 an.
  24. Tu n’as aucun plan de voyage et tu décides de ta prochaine destination en fonction des rencontres que tu as faite aujourd’hui ou de ce que tu as entendu hier lors d’une conversation.
  25. La 1ère chose que tu demandes à un voyageur n’est pas son prénom mais d’où il vient, depuis quand il voyage, où il a été. Le prénom ne vient qu’après quelques heures, voire quelques jours.
  26. Tu as des amis partout dans le monde. Tu peux aller rendre visite à quelqu’un sur chacun des continents, presque dans chaque pays du monde, et sans avoir besoin de faire du couchsurfing.
  27. Tu ne sais plus quel jour on est, ni quelle heure il est. Et parfois même, tu t’arrêtes en pleine rue, et tu te demandes dans quel pays tu es parce que là maintenant tout de suite, tu ne te souviens plus (true story).
  28. Tu sais dire bonjour et merci dans plus de 10 langues différentes.
  29. Tu as des pièces d’au moins 3 pays différents dans ton porte-monnaie (parce qu’aux bureaux de change, ils ne prennent pas les pièces).
  30. Les douaniers ont du mal à trouver une page vide sur ton passeport, qui lui est tamponné de souvenirs.
  31. Tu connais ton numéro de passeport par cœur. Et aussi sa date d’émission et d’expiration.
  32. On te demande ton adresse permanente sur les papiers officiels, tu ne sais pas vraiment.
  33. Et quand on te demande ton métier, tu as envie d’écrire « voyageur professionnel et heureux de l’être » mais tu écris finalement « Sans emploi ».
  34. Tes poignets sont remplis de bracelets de chacun des pays que tu as traversé.
  35. Tu n’as pas de souci pour conduire à gauche avec le volant à droite.
  36. Tu évites les voyageurs qui viennent de ton propre pays.
  37. Tu es fière quand les gens te disent « Tu es française, vraiment ? Parce que tu ne ressembles pas à une française et tu as un très bon accent anglais, c’est inhabituel ».
  38. Tu sais ce qu’est un visa-run.
  39. Tu sais situer sur une carte tu monde un certain nombre de villes comme Varanasi, Mandalay, Auckland ou Sapa. Et tu sais où se trouve Khao San Road ou l’Utopia, des repères de backpackers.
  40. Secrètement quand quelqu’un te dit qu’il est en vacances pour 2 semaines, tu le plains et tu te dis qu’il n’aura pas le temps de voir grand-chose du pays (ça ne t’empêche pas de passer du bon temps avec lui cela dit).
  41. Tu n’as jamais eu autant de nouveaux amis sur Facebook en si peu de temps.
  42. Ton sac est très léger, à peine 10-12kg. Sans les souvenirs que tu n’as pas pu t’empêcher d’acheter en cours de route.
  43. Ta famille et tes amis ont des dizaines de cartes postales sur leurs frigos que tu leur as envoyées.
  44. Tu as entendu des centaines de voyageurs te dire que tu étais chanceuse de partir aussi longtemps. Et tu as répondu des centaines de fois que eux aussi pouvait le faire s’ils en avaient l’envie (et le courage).
  45. Ton sac est usé, troué, mais tu ne peux pas le remplacer parce qu’il a traversé tous ces bons moments avec toi. Ça a été ton (seul vrai et fidèle) compagnon de voyages après tout…
  46. Avec un couteau suisse, tu peux faire des merveilles et te sortir de nombreuses situations, tout réparer. Si en plus tu as un kit de couture et une corde, là tu deviens MacGyver.
  47. Tu n’as aucun mauvais souvenir de voyage parce que tu as réussi à tirer le meilleur de chaque situation et au final, les moments plus durs, ton esprit les a complètement oubliés.
  48. Ton prochain voyage ce n’est pas un tour du monde pour rencontrer des voyageurs, ton prochain trip c’est d’aller revoir toutes ces personnes que tu as rencontré lors du 1er voyage mais cette fois, en découvrant leur pays.
  49. Tu es encore en train de voyager mais tu penses déjà à ton voyage suivant. Parce que rien que de penser à te poser pendant plus de 3 jours d’affilée au même endroit te paraît compliqué.
  50. Tu as lu cet article et qu’il t’a fait rire. Qu’il t’a rappelé ton voyage. Bref, que le backpacker, c’est toi.

 

PS : j’ai écrit cette liste sur ma route depuis quelques mois mais je sais qu’il reste d’autres signes distinctifs de backpacker. Alors n’hésitez pas à les ajouter en commentaire de cet article!

Crédit photo: Australie Guide Backpackers

4 Responses to “50 signes qui font un backpacker”

  • Michèle Misraoui

    Et après, c’est quand l’aterrissage sur la planète  » TERRE  » , car malgré ce que tu veux nous faire croire tout le monde ne peut pas faire ce que tu fais , simplement en le désirant . As-tu ose poser la question à tous ces gens que tu rencontres et qui certains concentrent toute la douleur du monde dans leur regard? Bises quand même .Michele

    • From elephants to kangaroos

      Je l’ai déjà dit mais me répète, tout le monde ne peut pas faire un tour du monde car malheureusement de nombreuses populations n’ont pas accès à des choses qui nous paraissent normales comme l’obtention d’un passeport ou un visa. Beaucoup de personnes dans ce monde n’ont pas accès à l’eau, n’ont pas les ressources suffisantes pour voyager, n’ont pas accès à l’éducation et autre. Donc non tout le monde ne peut pas faire un tel voyage, je parlais encore une fois des voyageurs rencontrés en route qui eux le peuvent et avec qui j’en ai discuté à nombreuses reprises.
      Pour répondre à ta question, j’ai parlé des heures interminables avec les locaux partout, dans la rue, dans les transports, chez eux, autour d’un repas, dès que l’occasion s’est présentée pour comprendre leur façon de vivre, comment je pouvais les aider à mon niveau, pour partager avec eux chaque jour un peu plus. Donc oui cette douleur je la vois, tous les jours. Mais ce n’était et n’est pas l’objet de cet article qui se veut, certes je l’avoue, beaucoup plus trivial et léger. Mais pas de souci, je suis bien sur Terre, sûrement plus que beaucoup d’Européens. J’ai vu / je vois quotidiennement la misère du monde, je sais et comprends mieux ce qu’ils vivent et je me bats ou tout du moins je fais mon possible pour leur venir en aide quand je le peux, ou au moins partager un bout de leur vie quand ils en ont envie. Mais encore une fois, ce n’était pas l’objet de cet article là.

  • matthieu

    voila un signe de plus :
    tu sais reconnaitre un la nationalité d’un voyageur à la marque de ses équipements, Quecha, Deuter, Osprey.

    biz de la France en souvenir de la FullMoon ;-)

  • Super article sur ce qu’est l’essence meme d’un backpacker. ha la vie de backpack, rien de mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :